Brève de lecture : Un parfum entre nous – Anna Riviera

J’inaugure la nouvelle rubrique des Brèves de lecture avec le premier roman d’Anna Riviera, Un parfum entre nous. Je suis heureuse que ce soit avec ce livre en particulier car j’ai passé un très bon moment avec. Romance feel-good, Un parfum entre nous est idéal à lire en cette saison, emmitouflée dans un plaid, une tasse de chocolat chaud à portée de main, pour prolonger l’atmosphère des fêtes de Noël.

Quand Charles-Henry de la Ravinière accepte une mission au Québec en vue d’une promotion, il s’attend à un accueil à la hauteur de son rang. Mais Monsieur Collmann, le PDG de la firme de cosmétiques qui l’emploie, a omis de lui préciser quelques détails :

  1. La directrice de l’agence de Montréal est belle à couper le souffle.
  2. Elle est acérée comme une lame de bistouri.
  3. Elle est aussi inabordable que la banquise.

De gaffes en maladresses, saura-t-il découvrir ce que cache Brenda Blanchard ?

J’ai beaucoup aimé la fraîcheur, l’humour et l’originalité de cette romance à l’accent québécois.

Le parti-pris des deux autrices de choisir un héros masculin, aristocrate, est intéressant et original. Pur produit de l’aristocratie française, Charles-Henry aurait pu être très tête-à-claques. Mais ses maladresses, son côté chevaleresque et un je-ne-sais-quoi d’un peu rebelle le rendent attachant.

Les autres personnages sont également attachants, chacun avec une personnalité bien travaillée. J’ai particulièrement aimé Mélanie, Claire, José et Hippolyte que je ne suis pas arrivée à considérer comme des personnages secondaires tant ils ont une place à part entière dans l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié que l’histoire se déroule au Québec. Les deux autrices restituent avec brio les expressions locales et leurs descriptions de Montréal m’ont données très envie de visiter un jour cette ville ! Avec beaucoup d’humour, elles nous content les déconvenues qui attendent les français à leur arrivée au Québec et nous rappellent une règle d’or : parler la même langue ne signifie pas partager la même culture ! J’ai trouvé cet aspect du livre passionnant et j’ai ri des déconvenues de Charles-Henry.

Cerise sur la poutine : l’histoire se déroule pendant les fêtes de fin d’année !

Un livre idéal pour ce week-end, afin de prolonger les fêtes de fin d’année avec un lecture feel-good pleine d’humour et d’originalité.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je note Je note !!! je le mets dans ma wishlist ! Qu’est-ce que tu appelles des « brèves de lecture » ?

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Je suis convaincue qu’il te plaira !
      C’est une nouvelle rubrique. L’idée c’est de présenter des chroniques courtes pour des livres que j’ai aimé mais que je n’ai pas le temps de chroniquer longuement. 🙂 Cette chronique est presque trop longue pour une brève 😊😂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s