Funny Girl – Nick Hornby

Pétillant, drôle et frais comme une soirée réussie entre bons amis, Funny Girl m’a offert une plongée façon TARDIS dans le Londres mythique des années 60. Alors, plutôt Beatles ou Rolling Stones ? Enfile ta minirobe jaune canari et tes bottes en skie blanches pour un voyage dans les swinging sixties dont tu me diras des nouvelles.

L’histoire

Dans les Swinging Sixties la nation tout entière est sous le charme de Sophie Straw, la nouvelle star de la comédie à succès de la BBC. Ça tombe bien, cette ancienne Miss Blackpool n’a qu’une ambition dans la vie : faire rire les gens. En studio comme à l’écran, l’équipe du feuilleton vit de grands moments. Les scénaristes, pour qui le genre comique est une religion, cachent tous deux un secret. Pur produit d’Oxbridge, le producteur est dévoué corps et âme à l’équipe en général et à Sophie en particulier. Quant à Clive, le premier rôle masculin, il a la tenace intuition que ce n’est qu’une parenthèse dans sa carrière…

Lorsque la fiction rejoint la réalité de trop près et que le scénario épouse les péripéties de la vie, chacun doit faire un choix. Continuer ou changer de chaîne ? Une défense et illustration de la pop culture et du divertissement, plein de fous rires et de tendresse.

Mon avis

Du fond de sa province, Barbara s’ennuie. Coincée entre son père et un poste de télévision, elle se sent à l’étroit et se rêve actrice. Persuadée que la capitale détient les clefs de son avenir, elle prend un aller simple pour Londres. Et… ça marche ! Après être devenue Sophie Straw, elle est propulsée star du petit écran grâce à la série Barbara (et Jim) et devient la coqueluche du Royaume-Uni.

Que j’ai aimé Barbara /Sophie ! Vraiment ! Sous ses dehors cliché de bombe sexuelle blonde, Sophie est particulièrement attachante. Tenace, volontaire, intelligente et pleine d’humour, elle est de plus d’une franchise désarmante. Nick Hornby nous épargne le cliché de la jeune provinciale un poil cruche et empotée pour nous dresser le portrait d’une self-made woman pétulante et épanouie. C’est un véritable régal de suivre son évolution au rythme de la croissance de sa courbe de popularité.

Les personnages qui l’entourent ne sont pas en reste, producteur, scénariste et acteur, qui trimballent avec eux secrets et frustrations, ambitions avouées ou non. Tous, y compris Sophie, sont les symboles d’une société qui fait sa révolution.

Car c’est là aussi le charme profond de Funny Girl : Nick Hornby ressuscite les années 60, fondatrices de la pop culture, avec la généralisation de la télévision, nouveau pilier du salon des classes moyennes. Fondatrices également d’une société nouvelle qui secoue le joug de l’austérité et se défait des oripeaux de la morale du 19ème siècle. L’union libre se banalise, le divorce devient tolérable, les femmes aspirent à se réaliser par elles-mêmes. La société est agitée par une lame de fond sans précédent, qui porte en elle les germes de notre société contemporaine. A l’instar de Nick Hornby, on la contemple avec une nostalgie certaine et une tendresse infinie par le prisme des séries de la BBC. Sous son aspect léger et pétillant, Funny Girl nous rappelle que de grands combats ont été menés dans cette décennie (la reconnaissance de l’homosexualité, l’émancipation des femmes…)

Funny Girl marque mes retrouvailles avec Nick Hornby, que j’avais un temps délaissé sans vraiment savoir pourquoi. J’y ai retrouvé les marqueurs de son écriture que j’aime tout particulièrement : son humour, son ancrage dans la pop culture et surtout son empathie pour ses personnages, le regard tendre et bienveillant qu’il leur porte. J’y ai trouvé aussi plus de profondeur, comme une réflexion arrivée à maturité.

En bref

Funny Girl nous offre un voyage frais, tendre et drôle dans les années 60 triomphantes. A travers Sophie Straw, c’est une toute une génération et ses aspirations qui apparaissent, miroir de l’émergence de notre société contemporaine. Entre nostalgie et sourire, je me suis laissée portée par l’histoire et la plume de Nick Hornby.

Un roman que je te recommande vivement.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s