Frankenstein à Bagdad – Ahmed Saadawi

Une ville en guerre grouillant de vie et d’animation, des habitants hauts en couleur, une touche de fantastique. Voilà le cocktail séduisant et réussi de ce livre original qui m’a transportée au Moyen-Orient et fait toucher du doigt la réalité quotidienne des habitants de Bagdad.

L’histoire

Dans le quartier de Batawin, à Bagdad, en ce printemps 2005, Hadi le chiffonnier récupère des fragments de corps abandonnés sur les lieux des attentats pour les coudre ensemble. Plus tard, il raconte que la mystérieuse créature qu’il a fabriqué – « Trucmuche »- a pris vie et qu’elle écume les rues pour venger les victimes dont elle est constituée.

A travers les pérégrinations sanglantes de cet être monstrueux mais aussi capable d’humanité, Ahmed Saadawi, entre réalité et conte fantastique, superstitions magiques et croyances religieuses, dresse le portrait d’une ville où tout le monde a peur de l’inconnu et où la frontière entre le bien et le mal demeure toujours incertaine.

Mon avis

2005, la guerre civile fait rage à Bagdad. Les actes terroristes s’enchaînent, faisant trembler les vieux murs de la ville, semant la panique, la mort et la destruction.

Malgré ça, la vie continue dans le quartier de Batawin, dont les habitants tentent vaillamment de conserver la normalité.  C’est sûrement ce qui m’a le plus marquée dans ce livre. La poursuite de la vie quotidienne avec toute sa saveur et sa diversité. Hadi le Chiffonnier, Oum Salim, Oum Daniel, Mahmoud… Autant de piliers de la communauté dont la vie s’écoule sans sembler impactée par la guerre.

Pourtant, les traumatismes affleurent, la multiplication des attentats les aggrave et chacun y réagit à sa façon. Oum Daniel refuse de quitter sa maison, elle attend son fils, partit 20 ans plus tôt participer à la guerre contre l’Iran. Hadi le Chiffonnier quant à lui décide de créer un corps à partir de morceaux des victimes des attentats.

Et voilà que ce corps, le Trucmuche, s’anime et se donne une mission, venger les victimes dont il est constitué. Un être animé par la vengeance, mais aussi par des valeurs plus nobles, symbole d’un Irak multiethnique, multiconfessionnel, qui aurait pansé ses blessures. Mais l’évolution de Trucmuche, l’engrenage dans lequel il tombe,  révèle l’illusion, l’impossibilité pour l’Irak coincé dans une guerre civile de résoudre ses conflits et de s’apaiser.

L’évolution du quartier de Batawin se fait en parallèle du Trucmuche et aboutit au même constat amer. Quartier multiethnique et multiconfessionnel (Oum Daniel est catholique, Hadi vit dans la « ruine juive »), la vie y devient impossible au fur et à mesure que la guerre civile s’intensifie, que corruptions et économie de guerre se révèlent,  et ceux qui choisissent de rester ne peuvent que pleurer au fil des départs de ceux qui fuient une ville devenue inhabitable.

Qu’est-ce qui fait un grand livre ? sa rencontre avec ses lecteurs. Alors pour moi Frankenstein à Bagdad est un grand livre. Une histoire douce-amère dont les personnages m’accompagneront longtemps. Il m’a également permis de mieux comprendre les fractures qui agitent l’Irak et qui pourraient néanmoins être le terreau d’une richesse future.

En Bref

Tu l’auras compris, je ne peux que te conseiller la lecture de Frankenstein à Bagdad, où les croyances  traditionnelles permettent l’existence d’une créature fantastique, chimère d’un pays uni et pacifié. Un livre dont l’écriture poétique et  la tendresse infinie m’ont offert un voyage dans l’âme profonde d’un pays dont on ne retient habituellement que les guerres et la destruction.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. juneandcie dit :

    Pas évident cette lecture mais visiblement une façon étonnante de revisiter le mythe de Frankenstein en portant un autre regard sur le conflit irakien.

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Pas évident et en même temps la poésie et la tendresse apportées par l’auteur permet de ne retenir que la beauté de ces personnages, et la guerre, bien que rôdant toujours, s’efface longtemps face à ce quotidien coloré.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s