Les nouvelles aventures d’Arsène Lupin, les héritiers – Benoît Abtey, Pierre Deschodt

Retrouver Arsène Lupin, ce personnage qui me fascine depuis l’enfance ? Comment refuser une telle proposition ? C’est avec appréhension et excitation que j’ai ouvert le livre. Et j’en ressors… avec un seul mot en tête : Bof. C’est la déception du mois de novembre.

L’histoire

1897. Le Bazar de la Charité – ce temple de la bonne société parisienne – est ravagé par un incendie. Et c’est Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, qui est accusé du drame. Alors qu’Athéna, l’amour de sa vie, meurt dans le brasier, Lupin disparaît. Plus rien, désormais, ne compte à ses yeux.

Dix ans plus tard, un scandale éclate et le ressuscite. Lupin, changé en monstre, serait-il passé à l’ennemi ? Un quotidien, Le Patriote, l’accuse d’avoir dérobé des secrets militaires pour les vendre à l’Allemagne ! La guerre est imminente. Lupin va-t-il enfin sortir de son silence ?

Mon avis

Pourtant, ça commençait plutôt bien. Arsène Lupin est là, et j’ai l’impression de me replonger dans les romans de Maurice Leblanc. Je retrouve le personnage, malicieux, facétieux, roi du déguisement, aventurier… Je suis aux anges. Je me laisse attraper par l’histoire d’un Arsène amoureux fou.

L’écriture est fluide, élégante, et rappelle le style de Maurice Leblanc, c’est très agréable à lire.

Le livre est divisé en quatre parties, et c’est là que ça commence à se gâter. Dès le début de la deuxième partie, les auteurs me perdent. Pas vraiment de surprise, encore moins de suspense. Arsène Lupin empile les déguisements, les personnages, je le vois venir de loin à chaque fois. Un coup au Maroc, un coup à Paris. D’accord, je le sais, c’est le jeu avec lui. Le problème, c’est le fil conducteur de l’histoire. Je ne le comprends pas. Quel lien entre l’incendie du Bazar de la charité, la présence française au Maroc et la guerre imminente ? Arsène Lupin est accusé de tous les maux, toutes les vilenies. De gentleman cambrioleur, le voilà transformé en une espèce d’assassin, traître à la patrie par un journal. L’histoire manque de cohérence,  c’est décousu, j’ai l’impression de lire une série de nouvelles mettant Arsène Lupin en scène dans des aventures empilées sans lien logique entre elles.

La déception commence à se faire sentir, malgré tout je continue ma lecture, espérant que le dénouement m’apportera la cohérence et le rêve qui me font cruellement défaut.

Malheureusement, le dénouement m’exaspère et me laisse sur ma faim, déçue et un peu triste de n’avoir pas trouvé ce que je cherchais.

Je ressors de ma lecture avec l’impression que les auteurs ont empilé des aventures sans chercher à développer une trame solide, ce qui a gâché le plaisir de mes retrouvailles avec un des héros de mon enfance.

En bref

Malgré un début prometteur qui permettait de retrouver Arsène Lupin tel que Maurice Leblanc l’avait créé, une suite d’aventures décousues et une histoire manquant d’un fil conducteur solide me laisse un goût d’inachevé et c’est la déception qui domine à l’issue de ma lecture. Je m’arrête donc là dans ces nouvelles aventures, et me replongerai dans les histoires de Maurice Leblanc pour retrouver le talentueux et inimitable Arsène Lupin.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s