Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee

Une merveille de livre, une lecture enchantée. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est un énorme coup de coeur pour moi. Le genre de livre dont le narrateur te prend par la main et t’embarque avec lui, te transmettant ses émotions, ses ressentis, sa vision des choses. Un livre qui va me marquer pour très longtemps, tant il réussit le tour de force magistral d’aborder des sujets durs – la Grande dépression, la ségrégation raciale – à travers la candeur et l’innocence des yeux d’une enfant de 8 ans.

L’histoire

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Mon avis

J’ai tellement aimé ce livre qu’il m’est difficile de savoir par quel bout commencer à t’en parler, tant je voudrais te convaincre que c’est un indispensable.

Je crois que le ton du livre à jouer un grand rôle dans mon engouement. La narratrice est Scout, 8 ans, et dès les premiers mots, des mots simples, attachants, le miracle se produit : la grâce de l’enfance surgit, avec cette vision particulière des choses qui magnifie tout en ajoutant une dose de mystère ou d’émerveillement.

Scout raconte son enfance entourée de Jem son frère, Atticus leur père et Calpurnia, la gouvernante, à Maycomb, ville ségrégationniste du Sud des Etats-Unis, pendant la Grande Dépression. Et si tu savais à quel point tous ses personnages sont attachants ! Scout et Jem bien sûr, mais aussi Atticus, pour sa droiture et son humanité et Calpurnia, si dynamique et affectueuse. Sans oublier Boo Ridley et sa solitude, le shérif et son pragmatisme humain.

J’ai également beaucoup aimé la façon dont sont abordés la Grande Dépression et la ségrégation.

La Grande Dépression est dite à mots couverts, effleurée délicatement. La pauvreté, le dénuement de certains, opposés à la vie de la famille Finch, modeste mais où rien ne manque de l’essentiel. Les clients du père, avocat, qui ne peuvent le rémunérer qu’en volailles, pâtés et légumes tant l’argent manque.

L’enfance de Scout et de son frère se transforme et perd son innocence le jour où leur père est commis d’office pour défendre Tom Robinson, homme noir accusé du viol d’une blanche. Le regard de la communauté blanche sur la famille Finch se transforme, perd de sa bienveillance et devient parfois source d’exclusion. A l’école les « insultes » qui n’en sont pas vraiment fusent ( « amis des nègres » pour n’en citer qu’une). Les enfants apprennent et se révoltent contre l’injustice de ce système de pensée suprématiste qu’il y ait des différences entre les hommes, qui adjuge ignominieusement une valeur aux hommes en fonction de leur couleur de peau. Contre cette Amérique raciste, la voix d’Atticus Finch s’élève, inlassablement, pour prôner la tolérance, la justice, l’égalité entre les hommes.

La dureté des thématiques abordées s’oppose à la candeur des enfants, fins observateurs des événements, et c’est bouleversant. L’injustice, le racisme, la dureté et la bêtise des adultes racontés avec des mots d’enfant semblent encore plus cruelle. Le livre agit en véritable révélateur des travers de la société américaine des années 30 tout en préservant l’émerveillement de l’enfance et sa douceur.

Tu l’auras compris, ce livre est un indispensable de ta bibliothèque. Un livre à lire absolument.


20915499_10154975862704716_1700102572073345267_n

Ce livre concourt pour la Coupe des 4 maisons

Item ASPICs : un livre noté plus de 17/20 sur Livraddict.

14 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gaelle dit :

    Décidément, maintenant que le livre est dans ma PAL, il va falloir que je l’en tire rapidement ! Je n’ai toujours entendu que du bien de ce livre !

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      C’est un très beau roman, je me suis régalée tout au long de ma lecture 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Il m’avait beaucoup marqué aussi, j’aime beaucoup!

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Oui, je pense qu’il fait partie des livres que je relirai 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. Je suis en train de le lire ! Voilà un livre que je relirai certainement et que je recommande vivement 😉 Très belle chronique

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Merci ! Pour moi aussi c’est un livre que je relirai 🙂

      Aimé par 1 personne

  4. Maned Wolf dit :

    Tellement d’accord avec toi ! Je suis ravie qu’il t’ait plu autant, je pense que j’aurai du mal à oublier cette lecture 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Oui, c’est un de ces romans qu’on porte en soi après l’avoir lu 🙂

      Aimé par 1 personne

  5. lebouquinivre dit :

    Une merveille de bouquin..!

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Oui tellement !

      Aimé par 1 personne

  6. MarionRusty dit :

    Un immense roman et toujours d’actualité qui plus est! J’ai aussi beaucoup aimé la suite.

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Je suis complètement d’accord avec toi ! Je ne savais pas qu’il y a l’air suite, merci pour l’info 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. MarionRusty dit :

        Elle a été écrite peu après Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur mais a été édité pour la première fois il y a deux ans je crois.

        Aimé par 1 personne

      2. Alec dit :

        Merci ! Je le note sur ma liste au Père Noël 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s