La bibliothèque des coeurs cabossés – Katarina Bivald

Un livre qui parle de livres et de bibliothèque, je ne pouvais pas passer à côté ! Et j’ai bien fait ! Je me suis retrouvée embringuée dans une histoire loufoque et tendre dans un bled paumé des Etats-Unis, Broken Wheel. J’ai embarqué Gaëlle de Pause Earl Grey  pour partager ça, et ce fut un vrai plaisir ! Vous trouverez sa chronique ici. (à venir)

L’histoire

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Liqvist, jeunne suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée.

Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres bien sûr.

Mon avis

Je vais commencer par le point négatif du livre, qui fait que ce n’est pas un livre coup de coeur.

C’est d’ailleurs un reproche que je fais assez souvent à la chick litt, ce qui explique que je n’en lis pas beaucoup. MAIS POURQUOI SARA EST-ELLE AUSSI NIAISE FACE A TOM ? Parce que la valse-hésitation amoureuse, c’est marrant 5 minutes, mais quand ça dure trop longtemps, je trouve ça vite lassant. C’est clairement le cas ici, où ça devient même franchement longuet. Bon vous me direz, je suis assez injuste envers Sara puisque Tom est tout aussi niais, or, ce ne sont pas d’adolescents dont  on nous parle mais d’adultes !

200w

Pourquoi cet énervement ? Parce que le reste du livre est infiniment attachant. Amy, morte mais omniprésente, Sara, toute en gentillesse et en volonté de bien faire et cette communauté déclinante de Broken Wheel qui comprend vite qu’elle a trouvé en Sara son nouveau pilier. Communauté qui du coup, va tout mettre en oeuvre pour retenir celle qui n’est que de passage, lui ouvrant ainsi la voie d’une nouvelle vie de façon tout à fait rocambolesque, mais ô combien affectueuse !

Le thème de la communauté solidaire face à la crise (économique et sociale) qu’elle traverse est omniprésent, rendant tout ce petit monde très attachant. Les défauts des petites villes sont bien évoqués : commérages, transformation en cité dortoir, mais bizarrement, cela ne fait que renforcer l’affection que l’on peut ressentir pour cette communauté.

Au final, c’est un bon livre léger, qui se lit vite car l’écriture est très fluide, un livre que j’ai bien aimé malgré quelques longueurs.

Alec

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Gaelle dit :

    Je te rejoins sur toute la ligne ! Et ravie d’avoir fait ce voyage avec toi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Tout pareil ! C’est toujours un plaisir ces lectures communes !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s