Les Guetteurs – Ian Rankin

 

Me voilà bien embêtée pour vous parler de ce livre. Pourquoi ? Parce que c’est Rankin et que c’est mon auteur de polar préféré. Génial ! Non, car je n’ai pas aimé les guetteurs. Plus précisément, je me suis ennuyée en le lisant, ce qui est à mon sens, un des pires défaut qu’un livre puisse avoir. Je déteste l’idée de parler en termes négatifs d’un auteur que j’aime, ce qui rend l’exercice particulièrement compliqué pour moi.

151121111104725982

L’histoire

Malcolm Fox et son équipe des Plaintes – la police des police en Ecosse – sont envoyés dans le comté de Fife pour une élucider une banale affaire d’abus de pouvoir : Paul Carter profite de sa position de flic pour « séduire » les femmes.

L’enquête va très vite se révéler plus compliquée qu’elle n’y paraît. Intimidations, dissimulations de preuves et faux témoignages sont au programme.

Dans le même temps, Fox est rongé par la maladie de son père et la relation orageuse qu’il entretient avec sa soeur. Professionnellement, il est tiraillé entre son sens du devoir et la frustration de ne pas être considéré comme un vrai inspecteur par ses collègues. Il ne se doute pas que son investigation va le mener tout en haut de la hiérarchie politique anglaise et mettre sa vie en danger…

Mon avis

Vous l’avez compris, le livre ne m’a pas emballé, loin de là.

Dès le début, j’ai trouvé que le livre avait du mal à trouver son rythme. Résultat, j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire, au point que je me suis demandée si j’allais le terminer. Finalement, au bout d’une centaine de pages, j’ai continué, mais le rythme est resté bancal.

Malcolm Fox est enquêteur pour les Plaintes, mais on se retrouve dans un épisode de Cold Case puisqu’il se fait les dents sur une affaire vieille de 30 ans, et j’ai trouvé le lien avec le bureau des Plaintes plutôt tiré par les cheveux. Sa hiérarchie est étrangement absente, ne lui demandant jamais de rapport sur ses activités alors qu’il enquête en dehors de son champ de compétence et que l’enquête sur Paul Carter est stoppée. Et là, on se dit : « Mais que fait la police??? » !

raw

D’ailleurs, parlons-en du héros ! Autant j’avais trouvé le personnage intéressant dans Plaintes, autant là, il m’a semblé beaucoup trop lisse, trop plat. Le prototype du bon garçon, poli et bien élevé, coincé dans ses atermoiements et ses questionnements existentiels. Entendons-nous bien, je n’ai rien contre les bons garçons, mais là, trop c’est trop ! Il m’a fait penser à ces héros de séries qui subissent une tornade et en ressortent avec un brushing impeccable !

tumblr_myundimbx81sn652ro1_400

Enfin, certains des rebondissements de l’enquête, que je ne vous révélerai pas,  m’ont semblé être de trop grosses ficelles, achevant de me décevoir.

En résumé, je vous conseille de passer votre chemin et de sauter directement sur l’enquête suivante !

Alec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s