Alice au pays des Merveilles – Alice de l’autre côté du miroir – Lewis Carroll

J’étais très enthousiaste à l’idée de lire ces livres. Petite, le dessin animé m’avait émerveillée. Adulte, j’ai adoré la vision de Tim Burton. Cet univers onirique, qui semble perpétuellement hésiter entre bienveillance et cruauté, entre bizarrerie et magie, me fascinait. Enfin, surtout, j’allais rencontrer le Cheshire cat en pages et en mots… Et pourtant, ça n’a pas marché. Pour tout vous dire, je suis même frustrée, car je n’ai pas du tout adhéré aux livres.

L’histoire

Alice au pays des merveilles

Assise dans l’herbe un jour d’été, Alice voir passer un lapin blanc qu’elle suit dans son terrier. Elle bascule alors dans un monde extraordinaire et magique. Au cours de cet étrange voyage, elle rencontre des personnages incongrus : des homards qui dansent, un chat qui apparaît pour s’évanouir, une chenille qui fume, ou encore une Reine de coeur qui veut couper la tête de tout le monde.

Alice de l’autre côté du miroir

Dans la Maison du Miroir, tout est inversé. Alice, fascinée, s’empresse de passer de l’autre côté. S’ouvre alors à elle un monde merveilleux où les fleurs parlent, où un œuf érudit marche sur un mur, et où, aux côtés de la Reine Blanche et de la Reine Rouge, elle devra prendre part à une partie d’échecs grandeur nature.

Mon avis

Suis-je devenue trop adulte ? Ou bien ai-je été trop influencée par la vision Disney de l’oeuvre ? Toujours est-il que la succession de personnages loufoques, souvent grotesques et proches de la folie m’a rapidement lassée, puis ennuyée. En fait, je crois que je suis complètement passée à côté du livre et de ce que l’auteur a voulu y mettre.

pff-drhouse

Et n’ayant pas réussi à entrer dans ma lecture, je ne l’ai pas compris. Peut-être faut-il y voir en creux une critique de la société victorienne ? A une époque où corps, mœurs et pensées étaient étroitement corsetés, s’agissait-il de mettre en avant les travers qu’elle engendrait ?Peut-être au contraire n’y a-t-il à comprendre que ce qui est écrit. Voyez, à la fin de ma lecture, je suis perplexe et dans le questionnement

Le personnage d’Alice est intéressant. Curieuse à l’extrême, insouciante (elle entre dans le terrier du lapin blanc sans se demander comment en sortir) c’est l’exploratrice idéale ! Bien qu’elle cherche à mettre sa bonne éducation en avant, elle fait de belles gaffes, comme lorsqu’elle parle de sa chatte Dinah à la souris de la mare de larmes. C’est une petite fille pleine de qualités, et notamment d’empathie pour les êtres qu’elle rencontre et auxquels elle cherche toujours à venir en aide. Elle est gentille, serviable, attentive. Pour autant, je ne me suis pas vraiment attachée à elle.

Heureusement, il reste le Cheshire Cat. Cynique et mystérieux à souhait, il est définitivement mon personnage préféré !

200w

Mon avis est donc très mitigé. J’ai tendance à penser que je ne l’ai pas lu au bon moment. Peut-être que je le relirai, dans quelques années.

C’est avec Lewis Carroll que s’achève en demi-teinte « cet été c’est anglais » ! Je vous retrouve demain pour vous présenter mes lectures d’automne !

Alec

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Si ça peut te rassurer tu n’es pas la seule à avoir un avis mitigé ! J’ai lu Alice[…] il y a quelques années et je me souviens n’avoir pas tellement compris le pourquoi de l’engouement général pour cette oeuvre, qui m’est apparue un peu trop décousue : j’avais l’impression que les évènements se succédaient en allant puiser dans le loufoque, et j’ai vite décroché, d’autant plus que comme toi j’ai eu du mal à m’attacher au personnage d’Alice.

    Aimé par 1 personne

    1. Pour tout te dire j’ai failli ne pas le finir, je trouvais la succession de scènes gratuite. Effectivement on a une juxtaposition d’événements sans lien apparent les uns avec les autres.

      Aimé par 1 personne

  2. comme toi j’ai eu un avis assez mitigé sur ce livre ^^ Mais je suis aussi une fan de Ceshire Cat =D

    Aimé par 1 personne

    1. J’envie 2 choses au Cheshire Cat : sa faculté de disparaître à volonté et son côté sarcastique !

      Aimé par 1 personne

      1. Je l’aime exactement pour les même raison! Mais je suis plus particulièrement fan de son sourire à la fois diabolique, mystérieux et intriguant ^^

        Aimé par 1 personne

  3. AMBROISIE dit :

    Je crois que c’est la structure du récit totalement éclaté qui peut en faire fuir plus d’un, ce qui me fascine dans Alice c’est le Chapelier fou, j’ai tellement fait de recherche sur ce personnages et plus j’en lisais plus le conte me paraissait de plus en plus malsain ! Il m’attire parce qu’il restera toujours des zones d’ombre que je ne comprendrai pas, et les choses qui je ne comprends pas me frustrent et me passionnent.

    Aimé par 1 personne

    1. Alec dit :

      Oui, je comprends qu’il puisse être fascinant, et ne pas tout comprendre peut être intéressant aussi. C’est vrai que la structure du texte et le côté malsain que l’on perçoit m’ont totalement désarçonnée 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s