Les Hauts de Hurlevent – Emily Brontë

 

C’est la rentrée ! Et si le blog est resté silencieux en ce mois d’août, je n’en ai pas moins continué mes lectures d’été dans la thématique « Cet été c’est anglais ! ». Après Orgueil et Préjugés, je me suis attaquée aux Hauts de Hurlevent.

Autant je suis tombée en amour d’Orgueil et Préjugés qui a fait une entrée fracassante dans le top 10 de mes livres préférés, autant vous me trouverez plus réservée à propos des Hauts de Hurlevent.

Mais examinons d’abord l’histoire.

Lorsque Mr. Earnshaw ramène d’un voyage un enfant abandonné, Heathcliff, les réactions de ses enfants évoquent les orages qui s’abattent sur le domaine des Hauts de Hurlevent. Le fils, Hindley, n’accepte pas cet enfant sombre et lui fait vivre un enfer. La fille, Catherine, se lie très vite à lui d’un amour fusionnel. Tous trois grandissent dans cet amas de sentiment aussi forts qu’opposés.

Afin de protéger Heathcliff de Hindley, en dépit de ses sentiments, et afin de satisfaire son orgueil, Catherine décide d’épouser un riche héritier, Edgar Linton. Elle pense que ce dernier acceptera Heathcliff comme un frère, ce qui lui permettra de le soustraire à la colère de Hindley.

Heathcliff ne comprend pas la manœuvre et s’enfuit. Il devient alors un homme sans scrupule, qui jure de se venger des deux hommes ayant empêché son amour : Hindley le frère ennemi et Edgar, le mari de Catherine. La destruction de ces deux familles et de leurs descendances constitue alors son seul objectif.

Une nouvelle fois, mes préjugés ont volé en éclat à la lecture de ce monument.

Jusque là, je voyais en Heathcliff un héros romantique et ténébreux, sombre et amoureux.

Vous voyez ce que je veux dire !

Sauf qu’en réalité, Heathcliff est un vrai méchant ! Un de ceux qui vous font courir des frissons dans le dos ! Sombre et ténébreux, Heathcliff l’est sans l’ombre d’un doute. Romantique et amoureux, permettez-moi d’en douter ! Violent, torturé et haineux sont plus adaptés !

Jusque là, je pensais que les Hauts de Hurlevent étaient une histoire d’amour, confortée en cela par la couverture de mon livre citant Georges Bataille : « Le plus beau roman d’amour de tous les temps ». Je ne suis pas d’accord. C’est l’histoire d’une passion, d’une trahison, d’une vengeance. C’est un roman sombre, violent, torturé, un concentré de haine à l’état pur.

Si j’ai des sentiments mitigés sur ce roman, ce n’est pas que je ne l’ai pas aimé. L’écriture de l’auteur est agréable, même si je préfère celle de sa sœur Charlotte (Jane Eyre). Les descriptions de la lande et du domaine de Hurlevent sont extraordinaires : il est très facile de s’imaginer les lieux, leur désolation. Le huis-clos achève de donner cette atmosphère torturée si spécifique à cette œuvre.

Si j’ai des sentiments mitigés, c’est que ce roman m’a profondément dérangée. Les personnages sont si tourmentés qu’ils en deviennent malsains, et je n’ai réussi ni à m’y attacher, ni à ressentir de la compassion pour eux.

En conclusion, c’est un excellent livre, un de ces indispensables à lire absolument, mais il ne vous fera pas voyager sur un arc-en-ciel à dos de licorne. Un conseil : évitez de le lire un soir de tempête !

Alec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s